Australie VI: Snapshots

Il est indéniable que la culture d’une civilisation se manifeste dans les grands accomplissements de celle-ci. C’est pour cette raison que nous visitons les temples, les musées et les quartiers historiques lors de nos voyages; c’est pour cette raison que les pays organisent des manifestations culturelles et des expositions universelles. Après tout, ce qui est grand se voit de loin.

Pourtant, il existe une autre approche pour tenter de comprendre une culture, une approche qui me tient particulièrement à coeur; celle qui s’intéresse aux petits détails de la vie quotidienne, aux banalités, aux objets du quotidien, aux choses après tout insignifiantes mais qui, mises bout à bout, forment le canvas sur lequel se déroule notre vie. Si vous êtes un lecteur assidu de ce blog, vous savez que je suis friand de ces petites futilités au point d’y avoir consacré une rubrique. Remarquer les détails est un jeu suffisamment amusant en soi; mais c’est tenter d’expliquer le pourquoi de ces petites choses qui peut se révéler être intéressant. Pourquoi la poignée d’eau chaude est placée d’un côté du robinet plutôt que de l’autre? Pourquoi différents pays ont des systèmes différents d’ouverture des fenêtres? Qu’est-ce que la forme d’une poubelle nous dit sur la ville où elle est placée? Les réponses peuvent parfois surprendre. Dieu se cache dans le détail – et le diable aussi.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser non pas aux monuments mondialement connus et aux paysages à couper le souffle, mais aux petits détails de la vie quotidienne. Par exemple, pour vous expliquer la différence entre les cultures japonaise et australienne, je pourrais vous faire lire une bibliothèque de livres de sociologie – ou de vous demander de comparer le billet de 10’000 yen japonais…

…avec le billet de 50 dollars australiens.

Particularité intéressante des billets australiens (et néo-zélandais): une petite fenêtre transparente (un peu comme sur des enveloppes) assure un niveau de sécurité supplémentaire contre les contrefaçons. Après l’austérité des billets japonais (eux-mêmes très clairement inspirés des dollars américains, soit dit en passant), les dollars australiens ressemblent à première vue à de l’argent Monopoly, mais on se rend rapidement compte qu’ils sont en fait très pratiques à utiliser – et que leur graphisme n’a rien de naïf. Au fait, vous avez reconnu la femme sur la coupure de 5 dollars?

En Océanie, on passe par un duty-free avant d’embarquer mais aussi juste après avoir débarqué. Et c’est vrai que c’est logique – pourquoi louper une occasion de faire des emplettes? Un panneau sur le mur permet de s’assurer immédiatement que nous ne sommes pas trompés de continent:

L’Australie a un rapport mitigé à l’alcool, soufflant un peu le chaud et le froid. D’un côté, il y a des panneaux comme celui-ci:

D’un autre côté, les bars affichent des pancartes comme celle-ci:

Par contre, on ne vous vendra pas d’alcool si vous avez moins de 21 ans. Et les vendeurs ont l’obligation de demander une preuve d’âge à tout individu qui a l’air plus jeune que 25 ans – histoire de laisser un peu de marge. Afin de ne pas heurter les sensibilités des jeunes voulant à tout prix paraître matures (je me souviens moi-même n’avoir que moyennement apprécié lorsqu’un caissier de la Coop m’a demandé ma carte d’identité alors que, âgé de 20 ans, j’achetais une bouteille de whisky), les avertissements placardés sur les murs finissent sur un désarmant « si on vous demande votre âge… prenez-le comme un compliment! ». L’élégance, Aussie style.

La légèreté est généralement de mise sur les affiches. Par exemple, la dernière ligne de ce panneau – « Swim only between the flags 🙂 » – en dit long sur les lieux où les gens préfèrent nager.

Dans des auberges de jeunesse, il est facile de tomber sur des offres d’emploi bien rémunéré et à horaires flexibles.

Enfin, ne vous échauffez pas trop vite. Mangez plutôt une glace – cela refroidira vos ardeurs et au moins il n’y a pas de malentendu possible avec cette friandise innocente.

Et même à Chinatown, le second degré est de rigueur.

Il existe tout de même un sujet avec lequel on ne rigole pas du tout en Australie: la sécurité routière. Le police veille, et les panneaux d’avertissement sont légion, qu’ils soient subtils…

…ou directs.

L’Australie offre beaucoup de possibilités pour le shopping du touriste.

Il y a bien sûr les variations sur le thème des célèbres panneaux routiers…

…des vêtements de plage…

…et toutes sortes d’objets faits à partir de diverses parties des kangourous.

Si vous êtes plutôt du genre artistique, il y a aussi de superbes reproductions.

Bref, de quoi s’imprégner de la bonne humeur dispersée dans l’air et de repartir un sourire béat aux lèvres.

Publicités

Une Réponse to “Australie VI: Snapshots”

  1. Snapshots XXV « Anton au Japon Says:

    […] rare – exemple de deuxième degré dans une affiche japonaise. Ce n’est pas encore l’Australie, mais c’est un pas dans la bonne […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :